ARCHIVES EDITO
 17 Juillet 2015 

La France a tout pour réussir ?!

Tel est le slogan affirmé de la radio BFM. Ils n’ont pas tort.

Ayant vécu dans cinq pays différents, je peux témoigner que l’éducation française est plus générale, ouverte, astucieuse. Laissons de côté le déphasage entre les matières enseignées dans les universités et le monde du travail. Il n’empêche, qu’à mon humble avis, la France est plus à même de produire des personnes géniales, dans le sens créatives, prêtes à explorer des voies nouvelles, qui ne viendraient même pas à l’idée de beaucoup d’autres.

Vrai, pour ce qui est de vendre, les français, fiers et souvent arrogants, ne sont peut-être pas très doués.  Seulement qui est parfait ?

Mais la France a aussi tout pour ne pas réussir.

Nous avions déjà écrit que les trois boulets que le système français traîne depuis plus de dix ans sont, dans l’ordre de leur nuisance :

1.      Le droit du travail.

Dans ce volet, nous retiendrons en premier la rigidité, du point de vue du patron, du CDI. Loin de moi de me lancer dans la polémique de qui a raison, l’employé ou le patron. Je dirai en une seule phrase que les deux ont d’excellents arguments.

Cependant, dans un monde rapide, volatil dans mon jargon, où s’adapter est synonyme de survie, les employeurs préfèrent laisser filer des opportunités plutôt qu’être enchaînés et ne pas pouvoir réagir si un problème survenait en cours de route.
 

2.      Les 35 heures.

N’en déplaise à Mme Aubry, qui trouvera certainement mille réponses pour nous démentir, je crois que la courbe de productivité de la France a piqué du nez à l’instauration de cette loi, pour ne jamais se relever après.

La question n’est pas seulement d’ordre financier, mais de perception du travail, le message subliminal étant : « travaillez le moins possible ». Après deux ans d’entente parfaite, ma secrétaire claque la porte parceque j’ai osé lui rappeler que le choix des RTT n’est pas à seule convenance mais que j’avais mon mot à dire.
 

3.      L’ISF.

L’impôt le moins rentable et le plus destructif.

Admettons que l’impôt ISF  soit « juste » pour utiliser le terme que les politiciens mettent à toutes les sauces comme si ce mot magique justifie toute mesure maladroite.

Mais si les personnes qui soutiennent l’ISF se retrouvent eux-mêmes au chômage du fait de cette mesure, car leurs employeurs ont volé vers d’autres cieux en emportant leurs fortunes, est-ce qu’elle reste juste, ou juste mais bête ? A méditer.

Avons-nous une lueur d’espoir ?

Mr Macron semble vouloir prendre le taureau par les cornes et, subtilement, supprimer la première embûche. Car si on plafonne les indemnités de licenciement, le risque maximal devient maîtrisé du point de vue de l’employeur. Au moins on peut travailler et ne plus craindre des procédures incertaines, coûteuses, où seuls les avocats font leur beurre. Pas étonnant qu’ils ruent dans les brancards au nom du droit et du bien de la société. Bien sûr.

Mais réussira-t-il ?

On ne parle pas de faire passer la loi dans un état décent avant qu’elle ne soit vidée de sa substance. On se demande si elle survivra devant les tribunaux. Rappelons-nous qu’une mesure précédente, le CNE, qui stipulait, pour faire court, qu’une période d’essai pouvait courir deux ans, avait été mise en lambeaux à son premier passage devant un juge. En France, la défense a plusieurs tours positionnées les unes derrière les autres.

Le plus ironique est que la gauche pratique une politique de droite. Et la droite ?  Elle joue à gauche dorénavant, en saisissant le conseil d’état pour déclarer la loi sur le plafonnement non constitutionnelle. C’est un jeu de chaises musicales où, si tu es à gauche, je me mets à droite, et vice versa.

Ça grince, ça grince, mais espérons que ça avancera.

Le secret d’une gestion réussie réside dans la répartition optimale de votre portefeuille en classes d’actifs.
Les gérants de Sedec, grâce à la couverture des marchés actions, obligations, et devises, sont les mieux armés pour vous accompagner.
En savoir plus
Découvrir nos fonds

Sedec Finance
29, rue de Miromesnil
75008 Paris
Tel. : 01 43 12 35 12
Fax : 01 40 07 07 01
contact@sedecfinance.com



Fusion transfrontalière FCP Sedec – Sedec UCITS
Sedec Finance, Votre Allié Financier - Visionnaires, Réactifs, Performants
Accueil  I  Présentation Sedec Finance  I  Gestion privée  I  Les Fonds Sedec Finance Edito Sedec Finance  I  Contact

Crédit : Air Studio  I   Mentions légales I   Informations Réglementaires